Envies d'ailleurs

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Du 30 mars au 2 avril

De TATA à ZAGORA

Toujours plus à l'est…

Après quelques brochettes au café de Clichy à TATA,

TATA 30/03/2018 13h10

nous continuons à l'est en direction de ZAGORA, une pause à TISSINT pour nous rafraîchir à la vue des cascades d' Attiq.

30/03/2018 16h53

Nous dépassons FOUM ZGUID. Depuis que la route de ZAGORA est goudronnée, la terre est beaucoup plus cultivée.

Beau bivouac dans un coin sableux après Foum ZGUID,

Foum zguid 30/
03/2018 19h

59

Nuit calme, bercée par le bourdonnement des pompes d' irrigation.

Le matin, petit ensablement qui nous permet de tester la sangle de remorquage.

31/03/2018 9h38

Une pause pour voir de plus près le système d'irrigation

2018_03_31_Foum_Sguid_0920.jpg


Des pompes entrainees par un moteur à gaz ,qui aspirent l'eau à 30 m de profondeur.

2018_03_31_Foum_Sguid_0912.jpg

la stocke dans un bassin pour réguler la pression,



pour donner vie au désert.

2018_03_31_Foum_Sguid_0921.jpg

2018_03_31_Foum_Sguid_0915.jpg

Un passage rapide à ZAGORA beaucoup plus touristique que GUELMIM ou TATA, les boutiques fleurissent et les interpellations «  gazelle » « gazou » sont un peu trop présentes à notre goût.

Zagora 31 03 2018 0925

TAMEGROUTE que nous découvrons accompagnés de RACHID.

TAMEGROUTE a été un grand centre religieux. Fondée par un théologien Mohamed Ben Nassir au 17ème siècle. Nous visitons successivement la ZAOUÏA NASSIRIYA

Tam

puis les ruelles souterraines fraîches et sombres,

Tamegroute 15h11

2018_04_01_Amazraou_quartier_juif_1064.jpg

L'habitat s'étage sur 3 niveaux celui des ruelles, un étage au dessus du niveau 0 et un en sous-sol éclairé par des puits de lumière.

La famille de Rachid, (20 personnes) vit ici.

Les habitants de cette kasbah ont relancé l'activité de poterie. Une poterie spécifique de couleur verte que l'on retrouve sous forme de tuiles, gouttières, dans de nombreuses villes du Maroc.

Tama 15h23

tama 15h25

La bibliothèque est fermée et nous reviendrons sans doute demain, nous voulons pousser jusque à M'HAMID.

Après nous être enfoncés dans la palmeraie de TAGOUNITE, nous acceptons avec plaisir la proposition d' un vieux monsieur de dormir dans sa palmeraie.

Bivouac à Nesrate 18h53

Hélas, il parle juste assez français pour nous réclamer à boire (du pepsi de préférence) Ce que nous lui accordons bien volontiers. Il s'éloigne un moment, revient avec sa fille et ses moutons, s'éloigne à nouveau et revient s'asseoir par terre entre nos 2 camions. Nous sommes alors en train de manger dans la pénombre. Il nous demande alors, « whisky», nous n'en avons pas, « vache qui rit », non plus, « thon », « sardine » « biscuits » Nous partageons avec lui un paquet de petits gâteaux et lui disons bonsoir avant de fermer nos camions pour la nuit.

C'est ce que l'on peut nommer de l'hospitalité intéressée !

Le lendemain à notre réveil un adolescent est assis devant nos véhicules et dès que nous commençons à plier bagages, le vieux monsieur arrive pour réclamer son dû, chipotons sur le montant qu'il ne juge pas assez important au prétexte que le coin était vraiment tranquille !

A ne pas noter comme bivouac possible ! Dommage.

Nous traversons le KSAR de OULED DRISS

ouled driss 01 04 2018 11h58

ouled driss 01 04 2018 11h59

ouled driss 01 04 2018 12h01

Puis BOUNOU et son enceinte fortifiée

Bounou 14h01

hélas bien dégradée.

bounou 14h42

Rien à dire de MHAMID, porte d'entrée du désert de dunes si ce n'est qu'il y a plus d'agences organisant des nuits dans le désert que de bistrots à Saint-Etienne...

Mhamid 15h18

De retour à TAMEGROUTE, c'est toujours accompagnés de Rachid que nous nous rendons à la bibliothèque constitués de manuscrits acquis par Mohamed Ben Nassir.

Rachid nous explique le fonctionnement de l'école coranique qui forme les imams leur « salariat » par l'état.

2018_04_01_Amazraou_quartier_juif_1054.jpg

AMAZRAOU, il nous fait découvrir l'ancien quartier juif

Aaou 18h32mazr

et sa synagogue.

2018_04_01_Amazraou_quartier_juif_0986.jpg


Les 300 familles juives travaillaient dans la bijouterie. Quand ils ont quitté le quartier en 1960 pour aller – dit-on- s'installer en ville, les ouvriers qu'ils avaient formés se sont installés à leur tour.

l'un d'entre eux a constitué dans un ancien caravansérail,

2018_04_01_Amazraou_quartier_juif_1000.jpg

Amazraou 18h55

une véritable caverne d'Ali Baba, où des ouvriers restaurent de vielles portes en bois en les enjolivant de sculptures, incrustations d'os etc.. 


Amazraou 1859

Plus loin, installées sur des tapis, des femmes brodent des châles avec des laines de couleur vives.

2018_04_01_Amazraou_quartier_juif_1032.jpg


Au fil des ans, se sont accumulés les témoins des périodes passées. Équipement du dromadaire qui permettait de transporter femmes et enfants, matériel de cuisine, outres etc.


2018_04_01_Amazraou_quartier_juif_1016.jpg

La bourse plus légère et les placards du sprinter plus pleins, nous gagnons les rives du Drâa pour bivouaquer.


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

URL de rétrolien : http://www.yvodile.fr/index.php?trackback/3051

Fil des commentaires de ce billet